1000fromages
menu

L'interview fromage

LE TOUR DE FRANCE DES FROMAGERS 

Quand le couple Steven et Sandra a décidé de sillonner la France à la recherche du savoir-faire conjugué des fermiers et des affineurs, son premier défi a été de partager avec le plus grand nombre les savoirs et connaissances acquises auprès des professionnels.

Mille fromages a souhaité , à son tour, partager avec vous l’expérience de ce couple extraordinaire à travers cette interview.

1000fromages : -Qui êtes-vous ?



TDFDF: Nous sommes Steven et Sandra, un jeune couple de Fromagers passionnés. Nous nous sommes rencontrés dans une fromagerie du Tarn-et-Garonne où nous travaillions alors. Nous avions tous les deux l'envie de travailler avec d'autres fromagers, envie de bouger et de voir ailleurs comment cela se passe.

1000fromages : votre association en quelques mots ?

TDFDF : Quand nous avons décidé de nous lancer dans l'aventure, nous étions loin d'imaginer que nous allions créer une association. Au départ, cela était un projet professionnel personnel, un compagnonnage en quelque sorte.
Puis on s'est dit qu'il était dommage de ne pas partager ce que nous allions apprendre, de ne pas en faire profiter ceux qui auraient voulu faire la même chose. C'est comme ça qu'est née l'association Loi 1901 « Le Tour De France Des Fromagers », de l'envie de partager les savoirs et les connaissances de la filière Fromagère.
Grâce aux vidéos que nous mettons en ligne, les néophytes ou les enfants peuvent se renseigner sur la manière dont est fabriqué le fromage et pourquoi pas, créer des vocations ?
Certains professionnels ou passionnés qui mettent en valeur la filière fromagère ont accepté de délivrer leurs savoirs si on le leur demandait, ils sont devenus Membres d'Honneur de notre Association et nous espérons qu'il y en aura beaucoup d'autres.

1000fromages : -Comment financez-vous ce projet ?

TDFDF : Nous avons en partie auto-financé le projet, surtout au début. Puis nous avons lancé une collecte de fond sur la plateforme de financement participatif MIIMOSA spécialisée dans les projets agricoles ou agro-alimentaires , Cela nous a permis de financer le fourgon qui nous emmène partout à travers la France.
Aujourd'hui, nous commençons à fonctionner en sponsoring sur de petites sommes, avec des entreprises spécialisées dans le milieu fromager. Mais cela n'est pas suffisant, nous continuons donc à investir beaucoup de nos fonds personnels.
L'association peut aussi recevoir des dons, si vous soutenez les valeurs qu'elle porte.

1000fromages : -Est-ce que le contact avec les professionnels du métier est toujours facile ou bien il y a des régions qui résistent plus que d'autres ?

TDFDF : Le départ a eu lieu il y a seulement deux mois, mais globalement les professionnels nous encouragent dans notre démarche. C'est surtout une question de contact humain et d'affinités.



 

Mille fromages : -Comment peut-on juger votre projet ? 
Est-ce que c'est une action pédagogique plus qu'un projet commercial ou c'est le contraire ? 


TDFDF:
L'association est entièrement basée sur une démarche pédagogique. Nous ne tirons aucun bénéfice financier personnel de nos vidéos .
Tous les fonds perçus par le biais du sponsoring ou des dons sont reversés à l'association et financent certains déplacements de l'association, ou actions promotionnelles.

Mille fromages : -Quel regard portez-vous sur les discours anti-lait ?

TDFDF: Nous comprenons et respectons les points de vues de chacun, mais nous pensons que tout est une question d'habitudes alimentaires ou de convictions.

Mille fromages : Est-ce que votre action n'est pas une forme de résistance ?

TDFDF:
Peut-être une résistance contre l'érosion des traditions et de la diversité de nos fromages Français, notamment « grâce » au concours de grands groupes industriels. Mais nous sommes conscients que c'est inévitable, à terme. Chaque jour, des agriculteurs se suicident, des fermes disparaissent et des artisans jettent l'éponge. Cela profite inexorablement à ces grands groupes.

Mille fromages : -Pourquoi le tour de France plutôt que le tour d'une région de France ?

TDFDF: Chez nous dans le tarn-et-garonne nous n'avons pas vraiment de tradition fromagère ou d'AOP directement liées à notre département. Puis nous avions surtout envie d'apprendre et voir comment on fait du fromage ailleurs que dans notre région, afin d'acquérir le maximum de connaissances et de pratiques différentes possibles.
Nous avions aussi l'envie de découvrir comment l'on vit, les coutumes et traditions, en Alsace, en Bretagne et partout ailleurs, dans un même territoire. Pour nous, ce n'est pas seulement un Tour De France « Des Fromagers », c'est aussi un tour de France social. 
 
Mille fromages : Est-ce qu'un projet de ce calibre n'est pas un peu trop ambitieux ? 
 
TDFDF: Cela on le saura plus tard. Si nous sommes obligés d'arrêter, au moins nous aurons essayé et c'est le principal.
Nous faisons tout ce qu'est à notre portée de faire, parfois certaines rencontres nous donnent un vrai coup de pouce, comme Elodie MARINHO organisatrice du concours des fromages de France FROMANIAC, en ardèche, désormais marraine de notre association. On lui doit beaucoup.
Mais oui, nous avons de l'ambition.



Mille fromages : -Est-ce qu'à travers votre projet, vous vous positionnez comme les défenseurs de la tradition et du savoir-faire ou c'est juste un effet de mode à l'image de ce qu'a fait la laiterie de Paris où d'autres avant ?

TDFDF:
La Laiterie de Paris a réussi l'exploit de relancer une activité de transformation fromagère en plein cœur de la capitale et c'est juste génial ! Je ne sais pas si c'est un effet de mode , mais nous avons le sentiment que de plus en plus de consommateurs veulent revenir à des choses plus simples, ou au moins savoir d'où vient ce qu'ils consomment. C'est ce que nous essayons de leur apporter.
Mille fromages : -Pour ceux ou celles qui veulent vivre la même expérience ,comment avez-vous procédé pour répertorier les fermes et les producteurs ?
TDFDF: Nous n'avons absolument aucun itinéraire, ni effectué de répertorisation des producteurs, nous avançons au grès des opportunités. Nous savons que comme pour les légumes, certains fromages ont une saisonnalité, cela nous donne une idée de ce que pourrait être le parcours.
Nous nous sommes seulement fixé une limite de temps pour chaque contrat que nous effectuons, entre un et six mois. Oui, car il faut préciser que nous ne faisons pas cela pendant nos vacances, nous continuons à travailler, partout où nous passons. Nous cumulons des CDD ou des contrats saisonniers, remplacements, woofing.
Pour ceux qui voudraient tenter l'expérience, le seul conseil que nous pouvons donner pour l'instant est qu'il ne faut pas hésiter à tout lâcher, dans la limite du possible , pour tenter l'aventure. Allez au bout de vos rêves tant que vous le pouvez.
Nous avons quitté CDI, famille, amis et région pour partir et pour l'instant c'est que du bonheur, ou presque :) !

Mille fromages : -Songez-vous à Tenter la même aventure à l'étranger ?

TDFDF:
Quand nous aurons fait le tour des infinies possibilités qu'offre le travail du lait rien qu'en France, nous y réfléchirons peut être ! Advienne que pourra...


Mille fromages Mars 2019